07/05/2013

Réunion DCP 22 avril 2013 (n°3): les raëliens en île-de-France

Dieu_Change_a_Paris.jpgDoctorant EPHE/Paris 8, Guillaume Roucoux a proposé au programme Dieu Change à Paris (DCP) une communication passionnante intitulée "Pour une monographie du contact raëlien mobile en île-de-France".

Sur la base d'un terrain commencé au printemps 2011, engagé dans une thèse de doctorat depuis 2012, il s'inscrit dans la tradition d'une microsociologie des "nouveaux mouvements religieux", dits "sectes".


Nés au milieu des années 1970 de la prédication de son prophète, Raël, aujourd'hui installé au Japon, les raëliens font partie des "nouveaux mouvements religieux" et des groupes associés, dans les médias, au stigmate sectaire.

rael_et_son_livre.jpgIls se sont construits en contradiction frontale avec l'enseignement de l'Eglise catholique, et vénèrent la science. En interne, ils n'utilisent pas la caractérisation "religion" pour s'autodéfinir à laquelle ils préfèrent celle de «philosophie», mais y recourent volontiers dans la commucation ad extra.

Bien que pouvant être rattachés à la catégorie d'"intouchable sociologique" (Pierre Lagrange), les raëliens méritent toute l'attention des sciences sociales des religions.


25 raëliens en île-de-France 

Combien sont-ils? Lors des fêtes qui les rassemblent, il seraient environ 25 en île-de-France. A l'échelle de l'hexagone, on compte 170 raëliens actifs. Lors des grands stages fédérateurs à l'échelle du Vieux continent, ils seraient entre 500 et 600 (Europe).

Dans le monde ? Environ 12.000, bien qu’ils revendiquent 70.000 adhérents. 

 On ne détaillera pas ici les analyses beaucoup plus complètes et générales développées par le doctorant dans le cadre de sa recherche de thèse (notamment un travail de typologie autour des modes de relation avec les extraterrestres, du "témoin" à "l'envoyé"). On soulignera en revanche les spécificités de ce terrain dans l'espace parisien.

Paris est perçu par les Raéliens comme une ville stressante. Valorisant l'harmonie avec la nature, création des Elohim, encourageant la contemplation du paysage, les raëliens insistent aussi beaucoup sur la santé. La capitale française apparaît sous cet angle comme un espace difficile. Lorsqu'ils se retrouvent dans Paris, c'est toujours dans les parcs qu'ils se réunissent.

 

Pas de lieu de culte parisien

Dans l'espace francilien, ils se caractérisent par une grande discrétion. Les raëliens ne disposent d'aucun lieu de culte en région parisienne. Ponctuellement, ils proposent une méditation dans la rue, par le biais de l'opération "One minute for peace". Mais ils ne sont pas prosélytes, et recrutent avec beaucoup de circonspection les nouveaux fidèles.

On est loin du racollage agressif. Leur sociabilité principale est une réunion dominicale, une fois par semaine, d'une durée de deux heures. Elle a lieu la plupart du temps dans un domicile privé (le plus souvent en banlieue), ou dans un lieu public, choisi pour sa beauté, sa capacité à inspirer des sentiments de bien-être. 

 

La réunion hebdomadaire consiste principalement à rechercher ensemble un "contact" par communication télépathique avec les extra-terrestres, les Elohim. Ce "contact" est la forme raëlienne de la prière. Il peut être défini comme une technique de subjectivation. Il est présenté comme une tentative. Il s'agit d'une méditation qui implique une visualisation: on envoie des "pensées d'amour" aux Elohim, sans rien demander en retour. Pourquoi un dimanche ? Parce que l'on peut bénéficier ce jour-là des autres énergies religieuses mobilisées (culte protestant, messe catholique).

 

Recompositions du marché spirituel francilien

La sociographie des raëliens de région parisienne est marquée par une prédominance de milieux d'origine populaire (aux ressources plutôt modestes), un «isolement matrimonial», une majorité masculine (ce qui tranche avec le dymorphisme sexuel observé dans la pratique chrétienne, où les femmes sont majoritaires), et une surreprésentation de la classe d'âge 50-65 ans. 

Des études comparatistes seraient bienvenues pour affiner les logiques sociales de ces nouveaux groupes controversés, encore trop peu étudiés sous l'angle des sciences humaines. Des milieux originaux, peu nombreux, mais qui s'inscrivent de plain pied dans les recompositions et les diversifications contemporaines du marché spirituel francilien.

Commentaires

Merçi pour cette présentation approximative de ce que sont vraiment les raéliens! Pour plus d'info sur le sujet voir "Rael.org". Cela dit Rael, aux yeux de ceux et celles qui le soutiennent, affirme ètre l'ambassadeur de ces extraterrestres, appelés Elohim dans la Genèse!

Écrit par : Raélitout | 13/05/2013

je souhaite la bienvenue aux nouveaux raeliens
bonjour aux anciens qui ont bien du courage
pour moi quel aventure merveilleuse depuis janvier 1975....

paix aux hommes et femmes de bonne volonté

pierre-alain

Écrit par : poupard pierre-alain | 09/02/2014

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.